Ces adultes ont été baptisés à Pâques !

Ces adultes ont été baptisés à Pâques 2021 !

« Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ, Alléluia ! » Ce chant, le jour de Pâques, rappelait à chacun de nous son propre baptême. Mais pour Béatrice, Luc, Paul-Alexy, Laurent, Gelareh (Angèle de Merici), Ombeline et la petite Charlotte, ces paroles avaient un autre parfum et une signification toute particulière.

En effet, après un long cheminement, ils font partie de la centaine d’adultes qui ont été baptisés dans le diocèse de Toulouse. La communauté de l’ensemble paroissial de Tournefeuille a été très heureuse de cheminer avec eux pendant toute la préparation grâce à une bonne et généreuse équipe d’accompagnateurs du catéchuménat. Aussi, les grandes étapes ont été vécues en communauté, de l’entrée en catéchuménat, en passant par l’Appel décisif, les scrutins à la célébration du baptême qui a eu lieu le dimanche de Pâques 4 avril.

Le cheminement n’est pas terminé !  En réalité, c’est une histoire d’amitié, à la suite du Christ, dans l’Eglise, qui vient de commencer pour ces nouveaux baptisés adultes, que nous pouvons désormais appeler « néophytes ». L’année prochaine, à la Pentecôte 2022, ils recevront le sacrement de confirmation, avec d’autres adultes du diocèse.

Le 23 mai et le 6 juin, 10 adultes qui cheminent au sein de notre communauté paroissiale recevront le sacrement de confirmation, soit à la cathédrale saint Etienne, soit à la basilique sainte Germaine de Pibrac. Nous les portons dans notre prière !

Aussi, réjouissons-nous des 6 catéchumènes adultes qui sont déjà en chemin vers le baptême, pour les fêtes pascales de l’année prochaine. Ces adultes qui demandent le baptême, l’eucharistie (communion) et la confirmation nous rappellent que le saint Esprit est à l’œuvre, et qu’il n’y pas d’âge pour recevoir ces sacrements. A tout âge, nous pouvons ouvrir notre cœur à la grâce de Dieu en recevant les sacrements de l’initiation chrétienne. N’hésitez de prendre contact avec nous si vous n’êtes pas baptisés ou confirmés ! La communauté sera heureuse de vous accueillir et vous accompagner sur ce chemin qui rend véritablement heureux.

Ces adultes ont été baptisés à Pâques !2021-04-11T19:47:48+02:00

Homélie du Père Josselin du IV° dimanche du Temps Ordinaire, année B (2021)

Frères et sœurs,

Il fut un temps où le savant, le philosophe, le scientifique avaient une autorité. Ils avaient une certaine sagesse, et l’on reconnaissait qu’ils disaient des choses vraies. Il fut un temps où l’on reconnaissait une véritable autorité à l’homme politique en raison de ses responsabilités, et en raison de ses compétences et de sa volonté supposée d’œuvrer pour le bien commun. Le prêtre aussi avait une autorité largement reconnue. Les parents avaient une autorité que les enfants n’osaient contester.

Mais à l’heure de l’individualisme poussé, à l’ère du subjectivisme total, bref, à l’ère de ce qu’on appelle la post-vérité, l’autorité est morte, enterrée. Il n’y a rien à recevoir, rien à apprendre de quelqu’un d’autre ; il n’y a pas d’autre vérité que celle que je décide. D’ailleurs depuis un an, on a décidé que ce serait la parole de certains scientifiques qui serait la vérité…

On parle de post-vérité pour qualifier ce rapport aux choses où c’est l’émotion, la subjectivité qui décide ce qui est valable. Post-vérité… mais qu’y a-t-il au-delà de la vérité ? Rien ! Au-delà de la vérité ne se trouve que le chaos, ce qui n’est pas ordonné, ce qui n’est pas intelligible. D’ailleurs, notre société plonge dans le chaos. C’est un retour au chaos, au tohu-bohu originel, avant que la Parole divine ordonne le monde dans l’acte créateur, avant que Dieu marque le monde de son intelligence, et que donc le vrai surgisse dans le monde. Oui, le chaos surgit dans nos vies, dans nos relations, dans notre rapport au vivant et au réel (et tant de crise témoignent de ce chaos : la crise bioéthique, la crise politique, crise de l’enseignement, crise de la sécurité, et tant de crises sociales…), le chaos surgit quand notre intelligence s’efface, défaille, et n’est plus dans la vérité. Le chaos surgit quand nous cessons de participer à l’intelligence divine elle-même, quand le monde cesse de lui reconnaître l’autorité, la source de l’autorité et la source de la vérité.

Les Juifs savaient bien cela au temps de Jésus. Car ils avaient foi en Dieu. Ils reconnaissaient en lui l’autorité suprême, ils reconnaissaient qu’il a créé le monde par sa parole qui met une étincelle de l’intelligence divine dans les choses. Ils savaient que Dieu avait fait sortir le monde du chaos par sa parole pleine d’intelligence, et que pour avancer sur ce chemin de lumière il fallait se soumettre à Dieu. Là n’était pas le problème pour eux.

Le problème était de reconnaître qu’un homme, un simple homme à leurs yeux, Jésus, partageait cela, qu’il avait les mêmes prérogatives que Dieu. Car, quand saint Marc écrit que Jésus enseigne comme quelqu’un qui a autorité, cela signifie que Jésus se situe à la source de l’autorité, de la vérité. Cela signifie qu’il possède l’autorité divine, cela signifie qu’il est Dieu. Son enseignement nouveau, c’est l’éternelle nouveauté de la Vérité divine dans sa perpétuelle fraicheur. Ceux qui entendent Jésus sont frappés de stupeur, sont effrayés même. Car ils n’ont pas reconnu que Jésus c’est Dieu-parmi-nous. Il est effrayant de voir quelqu’un se situer au niveau de l’autorité même de Dieu si on n’a pas reconnu qu’il est lui-même Dieu…

Et nous, nous avons que le Christ est Dieu et qu’il a donc l’autorité divine. C’est une Bonne nouvelle pour nous. Car cela signifie pour nous que pour guérir des blessures de notre intelligence touchée par la folie orgueilleuse de notre époque qui prétend se passer de Dieu et de la Vérité, nous pouvons aller à Jésus. Ainsi, parce qu’il est Dieu, parce qu’il est la Vérité, parce qu’il donne un enseignement nouveau donné avec l’autorité divine, il guérit nos intelligences, les garde du chaos originel et nous conduit vers la pleine lumière de l’intelligence divine (contrairement à ce que pensent certains de nos dirigeants et députés, la foi ne conduit pas à l’obscurantisme, au contraire !), vers la contemplation de la Vérité première.

C’est bien par la soumission volontaire de notre intelligence à Dieu par la foi catholique, par notre écoute quotidienne du Christ reconnu comme vrai Dieu, que nous avançons vers le salut, vers la création nouvelle, parfaitement ordonnée.

Amen.

Homélie du Père Josselin du IV° dimanche du Temps Ordinaire, année B (2021)2021-02-22T19:00:25+01:00
Aller en haut