Chargement…

La dimension hautement pascale de l’eau dans notre foi !

La dimension hautement pascale de l’eau dans notre foi !

Depuis une année, nous avons été privés d’eau bénite dans nos églises…! Les bénitiers à l’entrée sont secs ! Quand il a été possible, nous avons utilisé l’eau avec parcimonie et en faisant très d’attention.  Une vidéo virale circulée sur les réseaux sociaux dans laquelle on voit un monsieur entrant dans supermarché. A l’entrée, il doit se désinfecter les mains avec le gel, mais il se signe de la croix comme s’il entrait dans une église… Cela illustre la frustration de beaucoup parmi nous qui ne peuvent plus se signer avec l’eau bénite en entrant de nos églises, par respect des mesures barrières. Au lieu de l’eau bénite à l’entrée, nous avons désormais le gel pour se désinfecter ! Lors des baptêmes, nous faisons désormais attention aux rites pour que l’eau ne devienne pas un moyen qui permet au coronavirus de circuler.

L’eau est pourtant massivement présente dans la bible, la foi et la liturgie chrétienne, en particulier pendant ce temps pascal. Dès le début de la création, « le souffle de Dieu planait sur les eaux » (Gn 1, 1) pour signifier la vie que Dieu donne à toute la Création qui est son œuvre. Nous en faisons intégralement partie mais Dieu la confie aux soins de l’humain créé à son image et à sa ressemblance. Il s’agit d’un devoir, une mission, une vocation. Les célébrations pascales mettent l’accent sur la symbolique de l’eau. Le Jeudi Saint, au cours du repas eucharistique, c’est le Seigneur qui nous appelle au service les uns des autres à travers le lavement des pieds pour nous laisser un exemple : « Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres » (Jn 13, 14).  Cette année, il ne sera pas possible de vivre le rite du lavement des pieds. L’office du Vendredi Saint nous invite à « lever les yeux vers Celui dont le cœur est transpercé » (Jn 19, 34-37) pour contempler ce Cœur d’où jaillissent de l’eau et du sang, symbole des sacrements à travers lesquels Dieu nous transmet sa propre Vie dans l’Eglise.

La Vigile Pascale et le dimanche de Pâques avec l’importance accordé au baptême, sont caractérisés par la présence massive de l’eau. Dans la liturgie de la Parole, plusieurs textes parlent de l’eau : l’eau sur laquelle plane le souffle de Dieu lors de la création qui est la première Pâque, le passage du chaos à la vie (1ere lecture). Ensuite la traversée de la Mer Rouge à pied-sec qui est le cœur de foi du peuple Hébreu, libéré de l’esclavage en Egypte à la liberté dans la Terre Promise. C’est la troisième lecture tirée de l’Exode, obligatoire au cours de la veillée pascale. Le prophète Isaïe nous rappelle que Dieu étanche notre soif en nous abreuvant gratuitement (5è lecture) tandis qu’Ezéchiel nous rappelle que Dieu nous purifie de toutes nos souillures et de toutes nos idoles en répandant sur nous une eau pure qui fait de nous de créatures nouvelles (7è lecture). Dans le psaume 50, nous nous unissons à la prière du psalmiste suppliant le Seigneur dans sa miséricorde infinie : « lave-moi tout en entier de ma faute, purifie de mon offense ! » L’épître aux Romains explicite la dimension pascale du baptême qui nous lave de tout péché et plus particulièrement du péché originel, en mourant avec le Seigneur pour ressusciter avec Lui.

Le contexte pandémique ne nous permet pas de prendre toutes ces lectures de la Vigile pascale que nous allons célébrer au petit matin cette année, le dimanche 4 avril à 6h30. Je vous invite néanmoins à prendre le temps de lire ces beaux textes qui nous rappellent comment le Seigneur nous lave, nous purifie, nous pardonne, nous abreuve, nous bénit, nous sanctifie, lui qui nous invite à nous unir à Lui, dans sa mort et sa résurrection, pour être des créatures nouvelles.  Sainte et Joyeuse Pâques !

 

La dimension hautement pascale de l’eau dans notre foi !2021-03-23T17:34:10+01:00

Quarante jours pour renaitre à la Vie Nouvelle

Quarante jours pour renaitre à la Vie Nouvelle

Depuis le mercredi des Cendres, nous sommes entrés dans le temps liturgique qui nous préparer à la célébration de ce qui est le cœur de la foi chrétienne : la Pâques du Seigneur, c’est-à-dire sa Passion, mort et Résurrection.  Dès l’entrée du Carême, la liturgie de la Parole, et plus particulièrement l’Evangile, nous invite à vivre de manière intense, en vérité mais discrètement, la Prière (puisée dans l’écoute de la Parole de Dieu), le Partage (aumône) et le Jeûne, trois éléments essentiels de notre foi qui nous permettent d’ouvrir nos vies davantage à Dieu et à nos frères et sœurs.

En effet, le Carême est un temps favorable pour rapprocher de ce Dieu qui nous a aimés jusqu’au bout. Après avoir pris la condition humaine en toute chose, excepté le péché, le Seigneur Jésus montre son Amour sans limite pour le genre humain en donnant sa vie pour nous (il n’y pas de lus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime), après avoir accepté d’être humilié et de souffrir pour sauver les pécheurs que nous sommes. C’est cet Amour incomparable que nous contemplons en levant nos yeux vers Celui qui, sur la croix a les bras ouverts sur la croix et attire à lui tout le genre humain.Cela veut dire que pour nous chrétiens, contempler les bras ouverts de Jésus est un appel de nous jeter dans ses bras et aussi, une invitation à ouvrir, nous aussi, nos bras à nos frères et sœurs, en particulier ceux et celles qui sont blessés et défigurés par la vie. Il suffit d’être un peu plus attentif à ce qui se passe autour de nous en ouvrant nos yeux et nos oreilles, ceux du corps, mais plus encore ceux du cœur, pour prendre conscience de cette foule immense, proche et éloignée de nous, qui a besoin que nous leur ouvrions nos bras comme Jésus les a ouverts les siens pour nous. (suite…)

Quarante jours pour renaitre à la Vie Nouvelle2021-02-23T21:30:30+01:00

Du voile chez les catholiques…

Un député (bien inspiré…) a dit l’autre jour que le voile de la mariée (chez les catholiques) signifie la soumission de la femme à son époux. Mensonge ou méconnaissance profonde ? Chacun en jugera…

Le voile de la mariée est au contraire un signe de liberté et le signe d’une certaine consécration, à son époux. Car c’est lui, qui après l’échange des consentements, lève le voile de son épouse pour la recevoir en pleine liberté. Elle s’est approchée de lui voilée, signe que sa beauté est réservée à son époux, et c’est celui-ci qui, en la dévoilant, recevra le premier sa beauté.

Ce voile, c’est aussi le signe de l’entrée dans un nouvel état de vie. Lorsque le voile est levé, l’épouse est pour son époux, le lien du mariage les unit, afin qu’ils ne fassent plus qu’une seule chair. Ce qui était encore caché, en attente, l’épouse va pouvoir le révéler à son époux dans le don total qu’ils se font l’un à l’autre. Elle va pouvoir se livrer à son époux, et celui-ci, à l’image du Christ qui s’est livré pour son Église, doit être tout donné (cf. Ep 5, 25). Un dévoilement mutuel va devoir se faire toute la vie pour avancer dans l’amour vrai, l’amour nuptial total. Ce dévoilement commence par la levée du voile lors du mariage.

Le voile de la mariée, c’est aussi le signe de l’offrande qu’elle fait à son époux de sa virginité, de sa pureté. Le voile en est comme le papier cadeau, l’enveloppe protectrice, que seul l’époux, après le « oui » définitif, peut recevoir.

Le voile de la mariée est le signe d’une grande liberté, celle du don volontaire dans l’amour conjugal.

Quant au voile des religieuses, il est aussi le signe d’une consécration, non d’une soumission à un Dieu tyrannique. Consécration d’une virginité et d’une pureté, consécration d’une beauté réservée à Dieu. Les cheveux d’une femme sont une des marques de sa beauté, un des signes de sa féminité qui suscite l’admiration. Se voiler la tête, pour une religieuse, c’est donc consentir à n’offrir qu’à Dieu sa beauté, c’est choisir de faire de Dieu son tout, son époux.

Et les femmes qui autrefois se voilaient la tête d’une mantille en allant à la messe ? C’était là aussi le beau signe que la messe est une noce : le Christ s’unit à son Église par son offrande sur la croix commémorée dans le sacrifice eucharistique, et chaque fidèle participant au banquet des noces de l’Agneau est appelé à cette union mystique au Christ, à faire de son âme une épouse du Christ. La tête voilée des femmes rendait visible cela (les hommes étant moins aidés pour manifester la dimension nuptiale de la messe…), comme un rappel du voile de la mariée.

Le voile chez les catholiques n’a rien d’une soumission accablante, il est tout au contraire remise amoureuse dans les mains de l’aimé, consécration à cet amour. Le voile est l’étendard de l’amour qui s’offre, et de la liberté.

En revanche, le masque est le signe d’une soumission. Car le masque brise la relation, coupe la parole. Celui qui l’impose tend à être tyrannique… Si l’humble se voile la face devant Dieu en raison de son péché et de sa faiblesse, il ne le masque pas, et n’a qu’une attente : que son Seigneur lève ce voile et révèle sa face, répondant ainsi au plus profond désir du face à face : Nous voyons à présent dans un miroir, en énigme, mais alors ce sera face à face (1 Co 13, 12).

Du voile chez les catholiques…2021-02-11T23:26:53+01:00

« Que nos yeux s’ouvrent » Appel à 4 vendredis de jeûne et de prière

Nous sortons à peine du temps de Noël, et le Carême est encore dans un bon mois, que déjà nous sommes invités au jeûne et à la prière. Dans ce début du temps ordinaire, temps pour faire fructifier toutes les grâces reçues dans les fêtes de Noël, temps pour grandir dans la sainteté dans chaque petite chose du quotidien, les évêques de France nous invitent à quatre vendredi de jeûne et de prière. Et ce n’est ni pour perdre des kilos après les fêtes de Noël, ni pour commencer l’entraînement du Carême. C’est dans le contexte du projet de révision des lois de bioéthique qui revient au Sénat bientôt. Les enjeux humains et donc éthiques sont considérables, notamment à propos de la filiation, du droit à l’enfant et de la recherche sur l’embryon. Le gouvernement précipite les choses dans l’ombre de la crise sanitaire. Il est de notre devoir, nous chrétiens qui défendons l’écologie intégrale, d’ouvrir les yeux sur ces enjeux bioéthiques, d’ouvrir les yeux sur la beauté de l’œuvre de Dieu dans la création dont l’homme est l’achèvement, d’ouvrir les yeux sur le caractère sacré et inviolable de toute vie humaine. Il est de notre devoir d’intensifier notre prière face à ce qui se joue.

https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/eglise-et-bioethique/nos-yeux-souvrent-quatre-vendredis-de-jeune-de-priere-sortir-dune-bioethique-aveuglee/

 

Quatre vendredi sont proposés pour cela : 15, 22 et 29 janvier, et 5 février.

Notre jeûne et notre prière, c’est notre sacrifice spirituel offert à Dieu pour le supplier, notre sacrifice uni à l’unique sacrifice du Christ qui a offert le sacrifice parfait. Notre jeûne et notre prière, ce sera notre offrande faite à Dieu pour implorer sa grâce et lui demander de nous ouvrir les yeux, et d’ouvrir les yeux de ceux qui nous dirigent et votent.

Quel jeûne et quelle prière ? Du jeûne quasi complet, à de petites privations alimentaires, en passant par la suppression d’un repas ou la prise de repas extrêmement simples, ou se privant de tel autre plaisir, chacun pourra choisir son jeûne. Des intentions et une Parole vous sont proposées pour chacun de ces vendredis dans le document de la CEF à ce sujet : https://eglise.catholique.fr/wp-content/uploads/sites/2/2021/01/Dossier-bioethique-janvier-2021-jeune-et-priere.pdf

Ce pourra être aussi l’occasion, en ces vendredi, de méditer un chemin de croix, de lire la Passion du Christ dans un des évangiles, ou de relire le chant du Serviteur Souffrant (Is 52, 13 – 53, 12)…

Seigneur, que nos yeux s’ouvrent !

Que nos yeux à tous se laissent toucher par la beauté de la dignité en tout être humain !

Que nous admirions la vraie liberté qui, de façon responsable, se met au service de la fraternité !

Que nous discernions le juste usage des techniques biomédicales, celui qui respecte nos liens fondamentaux de filiation nous reliant de génération en génération !

Que nous considérions les plus fragiles et les plus faibles comme des frères et sœurs !

Que nous retrouvions le magnifique sens et la grande valeur de la personne, femme et homme, et de sa vocation sociale !

 

« Que nos yeux s’ouvrent » Appel à 4 vendredis de jeûne et de prière2021-01-14T12:28:06+01:00

Quelles sont les étoiles d’aujourd’hui ?

Les phénomènes cosmiques surnaturels sont rares : il y a un peu plus de 2000 ans une étoile a guidé les mages d’Orient jusqu’à Bethléem ; il y a 100 ans le soleil a dansé à Fatima pour convaincre de la véracité des apparitions de la Vierge Marie ; et il y a peut-être eu quelques autres cas, mais c’est bien rare.

Pourtant, il faut bien continuer à indiquer l’endroit où nous pouvons rencontrer le Sauveur, comme l’étoile qui a conduit les mages à Jésus ! Et d’ailleurs, bien des étoiles brillent et conduisent les cœurs et les regards vers le Christ, unique Sauveur du monde. Il y a bien sûr la Vierge Marie. Regarde l’étoile, invoque Marie, aimons-nous chanter. La Sainte Vierge est cette étoile qui conduit sans cesse à Jésus, qui nous amène à sa rencontre. C’est ainsi qu’on est toujours sûr d’arriver à Jésus quand nous prions la Vierge Marie. Il y a aussi les saints. L’immense constellation des saints brille pour montrer le chemin du Christ. Tous, ils nous tournent vers lui, ils facilitent notre amitié avec lui. Heureux sommes-nous d’être guidés par tant d’étoiles, dont certaines nous sont plus familières !

Et il y a nous. Nous sommes appelés à être des étoiles pour les autres, pour le monde. Qui, bien souvent, montrera le Sauveur si ce n’est pas nous ? Comment pouvons-nous encore dire, les nations marcheront vers ta lumière, si nous ne sommes pas des étoiles au-dessus de la crèche, si nous n’annonçons pas l’évangile ? Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile.

En ce jour de l’Épiphanie, en ces jours de Noël, demandons la grâce d’être des étoiles pour ceux que nous rencontrons, par l’éclat de la profondeur de notre foi et de la fermeté de notre espérance, par le rayonnement de notre charité au quotidien. Peut-être d’ailleurs, pouvons-nous prendre en ce début d’année deux petites résolutions : une pour nourrir davantage et approfondir notre foi, une pour vivre concrètement la charité.

Pouvons-nous faire le vœu, en cette nouvelle année qui commence, que notre ensemble paroissial devienne une myriade d’étoiles toujours plus nombreuses ?

Quelles sont les étoiles d’aujourd’hui ?2021-01-03T16:44:25+01:00

Joyeux Noël et Heureuse année 2021, malgré tout !

Joyeux Noël et Heureuse année 2021, malgré tout !

C’est un classique ! Comme la tradition et les bonnes habitudes nous y invitent, je voudrais, à travers ces quelques lignes, vous présenter mes vœux de Noël et de l’année nouvelle qui approche. Comment envisager à l’année prochaine, sans faire une relecture de l’année 2020 qui touche à sa fin ! Nous avons dû faire face à plusieurs épreuves, dont la cause principale, mais probablement pas la seule, est cette Covid19.  Quoiqu’il en soit et quoique nous ayons pâti, je voudrais souligner tout ce que j’ai pu voir de beau et de merveilleux autour de moi pendant cette année qui s’achève. Cela est le signe que Jésus, Dieu-fait-homme, né à Bethléem depuis un peu plus de deux ans, continue à naître dans nos vies parfois tourmentées, nos cœurs blessés, dans nos familles et nos communautés appelées, comme chacun de nous, à se convertir et à grandir dans la Foi, l’Espérance et l’Amour.

Jésus est né dans le courage que tu as manifesté devant l’épreuve, la solidarité dont tu as été témoin autour de toi pendant cette année confinée. Il s’est manifesté dans l’accueil et l’attention à travers lesquels tu t’es fait proche de ceux qui en avaient le plus besoin. Jésus a été présent dans ton témoignage de foi, le zèle missionnaire que tu as déployé, la ténacité à faire vivre la mission pastorale dans les groupes, associations, services et mouvements qui font grandir l’Eglise et le monde. Vivre la mission en cette année 2020 a été une très grande équation ! Et pourtant, grâce à votre engagement, la Bonne nouvelle a été annoncée, célébrée et servie dans nos maisons et nos églises !

Pour tout cela, je voudrais vous remercier du fond du cœur ! Si nous sommes capables d’une telle inventivité missionnaire même en temps difficile, c’est parce que le Seigneur est avec nous et nous accompagne par son Esprit. Il tient toujours sa promesse, Lui qui nous dit, en nous envoyant en mission « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Oui, ce Jésus qui a été avec nous, sera toujours au rendez-vous dans cette nouvelle année 2021 qui s’ouvre devant nous, avec ses inconnus. Mon vœu pour chacun de nous, c’est de Lui ouvrir notre cœur en vivant pleinement, en faisant des projets. N’acceptons pas que la peur de l’inconnu à venir nous paralyse, mais vivons pleinement et faisons confiance au Christ. Celui qui espère en Lui ne sera jamais déçu ! Aujourd’hui comme hier, Jésus a besoin de chacun de nous pour naître dans notre monde afin de le conformer à son dessein d’Amour, le sauver de sa finitude. Le Rédempteur, né pauvre parmi les pauvres désire habiter nos pauvretés offertes librement pour les transfigurer. Que Jésus vienne combler vos désirs les plus profonds et vous donne d’être chaque jour dans la Joie de sa présence. Joyeux Noël et Heureuse année 2021.

Joyeux Noël et Heureuse année 2021, malgré tout !2020-12-15T18:41:44+01:00

S’adapter au couvre-feu par le Feu de l’Esprit de Noël

Edito décembre 2020 : S’adapter au couvre-feu par le Feu de l’Esprit de Noël

« Décidément, l’année 2020 aura été maudite », dites-vous ! Non, cette année, malgré son lot de malheurs, a été habitée par la présence du Seigneur qui nous a accompagné par le Feu de son Esprit.  Ce feu, que nous ne devons pas éteindre, mais allumer et répandre, nous a permis de nous adapter aux situations sanitaires, sociales, professionnelles, ecclésiales difficile. Oui, cette année a été très difficile… mais si nous avons tenu et tenons, c’est parce que le Seigneur ne nous abandonne jamais. La promesse faite aux disciples : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 19-29) est plus que jamais d’actualité.  Telle est la promesse du Ressuscité qui nous envoie annoncer la Bonne Nouvelle dont notre monde a besoin, en particulier e dans le contexte difficile que nous traversons. Notre vocation prophétique, depuis le baptême nous invit être des messager et semeurs d’Espérance. Non, le Seigneur ne nous a jamais abandonné. Peut-être l’avons-nous abandonné parfois en perdant confiance en Lui.

Au moment où nous commençons de l’Avent qui nous conduira à Noël, puissions-nous laisser le Seigneur nous couvrir de son Ombre comme Il le fait avec Marie pour nous préparer comme et avec elle, et l’humanité entière, à laisser naitre le Sauveur du monde. Puissions-nous nous laisser enflammer par le feu du Saint Esprit pour faire naître dans nos cœurs, dans nos maisons, nos communautés l’Emmanuel, Dieu-avec-nous, qui donne l’Espérance et fait de chacun de nous un témoin d’Amour, le Prince de la Paix qui donne la Vraie Paix, celle dont a besoin notre monde déboussolé actuellement.

Comment allons-nous vivre ce temps de l’Avent ? Allons célébrer Noël ? Comment allons-nous faire ? Allons-nous nous retrouver en famille ? J’aimerais comme vous avoir des réponses à toutes ces questions ! Mais je n’ai pas de réponse ! Si, j’en ai une ! Nous devons, comme Marie, nous abandonner dans la foi et faire confiance, en disant comme elle : « Que tout se passe en moi selon ta Parole »

Nous devons nous adapter à ces circonstances assez mystérieuses en restant dociles et ouverts aux suggestions du Saint Esprit. Alors, oui, je ne suis pas capable de nous donner une seule réponse préciser. Nous naviguons à vue, au jour le jour ! Mais, nous devons nous adapter, chaque jour, dans nos maisons, dans nos communautés pour préparer matériellement et spirituellement Noël. La crèche et les lumières dans nos maisons et nos églises ouvertes sont signe de la présence de Dieu. S’il sera difficile de vivre une célébration pénitentielle communautaire, profitons de ce temps de l’Avent pour nous confesser auprès de l’un ou l’autre prêtre, aux heures d’adoration et confession dans nos paroisses, pour que notre cœur ressemble à celui de Marie qui accueille le Messie-Sauveur. Manifestons des signes de partage et de fraternité concrète avec nos voisins et nos familles ! Peut-être pourront célébrer des messes, en petit comité, dans des conditions drastiques…  Là aussi, il nous faudra nous adapter, mais nous devons vivre pleinement ce temps de l’Avent et nous préparer à Noël. Peut-être que dépouillé de sa dimension populaire et matérielle, ce Noël nous permettra de redécouvrir sa signification profonde : accueillir simplement ce Dieu qui humblement, s’appauvrit en se faisant l’un de nous, en partageant notre condition humaine, à travers un petit enfant, pour faire de nous ses enfants appelés à vivre de la Vie divine.  En dépit du couvre-feu que nous vivons, ouvrons nos cœurs au Feu de l’Esprit Saint pour pouvoir bénéficier pleinement de l’Esprit de Noël, avec Marie, Joseph, nos proches. Belle marche vers Noël, dans la Foi, l’Amour et l’Espérance.

 

S’adapter au couvre-feu par le Feu de l’Esprit de Noël2020-11-24T18:12:19+01:00

Trump ou Biden…. Ou « Tutti Fratelli », tous frères et sœurs !

Trump ou Biden…. Ou « Tutti Fratelli », tous frères et sœurs !

Nous y assistons tous depuis des mois ! Oui, ça ne se passe pas en France mais ce qui se passe aux Etats-Unis d’Amérique nous concerne, qu’on le veuille ou pas.  Des mois d’une campagne odieuse, marquée par des divisions profondes et des injures. Un royaume divisé, comme dit l’évangile, ne peut que s’auto-détruire et précipiter sa propre perte. Joe Biden a gagné les élections, même si Trump a du mal à le reconnaitre. Le président élu devra travailler à pacifier et unir les différents blocs politiques, les groupes ethniques ou idéologiques, rassurer tout le monde en étant le président de tous les Américains. Mais le vrai gagnant, n’est-ce pas Malin, le Diviseur qui s’amuse à nous diviser, à semer de la zizanie dans un pays, entre les peuples et les communautés.

L’évangile de dimanche nous a fait contempler les 10 vierges, avec lampes, attendant la venue de l’Epoux pour entrer avec Lui dans la salle des Noces. Cela rappelle la lumière de notre baptême, que nous sommes invités à garder allumée pour avancer et grandir en enfant de lumière afin d’aller à la rencontre du Christ, quand Il viendra, avec tous les saints du Ciel.

En cette période tendue, puissions-nous fixer notre regard sur le Christ, notre Lumière, pour qu’il nous montre ces zones d’ombre de nos vies qui ont besoin d’être éclairées afin que nous devenions, chaque jour, là où nous sommes, des artisans de paix, de fraternité, de communion et d’unité entre les peuples et au sein de nos communautés. Ne cédons pas à la peur, à l’orgueil, à la méfiance, à la rancœur, même après l’assassinat des chrétiens à la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice.

Différents par la religion, la couleur de peau, les idées politiques ou idéologiques, les orientations pastorales… nous restons d’abord frères et sœurs en humanité !  En nous considérant d’abord comme frères et sœurs (Fraternité), nous pourrons avancer et vivre ensemble dans la vraie Liberté qui nous fait nous accueillir comme créés tous à l’image de Dieu, et c’est cela qui fonde notre Egalité ontologique !

Profitez de ce confinement pour lire la nouvelle encyclique du pape François : « Tutti Fratelli ».

 

Trump ou Biden…. Ou « Tutti Fratelli », tous frères et sœurs !2020-11-09T23:26:34+01:00

Plus de Santé, et plus encore de sainteté en ce novembre confiné !

Plus de Santé, et plus encore de sainteté en ce novembre confiné !

Ce mois de novembre nous lance un grand appel : celui de la sainteté avec la solennité de tous les saints (La Toussaint). Ceci rappelle que la finalité de notre vie de baptisé est la sainteté, un appel et une grâce qui sont au cœur de notre vie de foi et de tous les sacrements que nous célébrons ou recevons de Dieu dans l’Eglise. Pourtant, je confesse ma peine de voir, lire, d’entendre beaucoup de chrétiens, même pratiquants qui ont oublié que ce qui donne tout son sens à notre vie terrestre (qui ne dépasse pas plus de 90 pour les plus vigoureux !), c’est la Vie en plénitude, le Bonheur, les Béatitudes que Jésus dans l’évangile que nous écoutons à la Toussaint. Par la foi et notre adhésion au Christ, notre Joie sera parfaite, et rien ne pourra nous ôter cette Joie sans limite qui nous attend pour l’Eternité. Cela devrait être notre préoccupation principale dans tout ce que nous vivons, faisons, parlons….

Aujourd’hui, et plus encore avec la Covid19, pour beaucoup de gens, même chrétiens, la préoccupation principale est devenue la santé du corps. Les évangiles présentent massivement des malades (dans leur corps) que Jésus guérit de leur mal physique, tout en soulignant que cette guérison est le fruit de leur foi : « sois guéri de ton mal, ta foi t’a sauvé », disait-il à ceux qu’il guérissait de leur mal physique. Nous rendons grâce au Seigneur pour tous ceux et celles qui, dans les maisons de santé et les familles, prennent soin des malades et font tout pour que nous soyons ou restions, le plus longtemps possible, en bonne santé physique, et que tout ne s’arrête pas. Mais, vous le savez, les maladies ont toujours existé avant le Covid19, d’autres maladies plus graves font des ravages et coexistent au moment où nous nous battons et luttons tous contre cette maudite Covid19 (nous l’oublions parfois). Je pense à tous les ravages professionnels, psychologiques, familiaux, financiers…de cette maudite pandémie. J’ai déposé tout cela aux pieds de ND de Rocamadour où je viens de passer 24heures. Malheureusement, nous savons tous que les maladies existeront toujours….sauf « quand nous retrouverons auprès du Seigneur, là où il n’y plus ni deuil, ni douleur, ni larme mais seulement la Paix et la Joie », comme le rappelle l’une des oraisons finales de la célébration des funérailles. C’est la vie éternelle qui nous est donné aujourd’hui déjà à travers les sacrements dans l’Eglise, en commençant par le baptême, jusqu’à l’extrême onction. Ce 29 octobre, pendant que nous préparons la fête de la Toussaint, et celle des Fidèles Défunts, c’est pour cette vie éternelle que nous prions pour ces trois catholiques assassinés dans la basilique Notre-Dame à Nice. Toute notre communion avec leurs familles, leur communauté paroissiale, l’Eglise de Nice et toute l’Eglise de France, ainsi que ceux qui sont assassiné à cause leur foi, leur appartenance au Christ, ceux qui, comme écrit dans la première lecture de la Toussaint : « Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau » (Ap7, 14)

Alors, mes chers paroissiens, au lieu de céder à la peur et de l’attiser, au lieu de devenir méfiants et cultiver une certaine rancœur et haine en nous, consciemment ou inconsciemment par nos propos, nos réflexions, nos attitudes….soyons des hommes et femmes de foi, qui appellent à l’espérance et la confiance, qui désirent chaque jour enraciner leur vie dans le Cœur transpercé de Jésus. En donnant sa Vie pour nous, Il nous a sauvé et a vaincu le Mal et la Mort qui semble nous entourer actuellement. Prenons soin de nous-mêmes et des autres. Mais n’oublions pas de nous tourner plus encore vers Dieu la Source et le Maître de notre Vie, Lui qui nous donne la vie terrestre et nous appelle à la Vie Eternelle, à la sainteté. Désirons être SAINS, mais plus encore, cherchons et désirons plus fort devenir des SAINTS et des SAINTES.

Avec le confinement, à partir de ce 1er novembre, nous serons privés de célébrations, de ces sacrements qui nous font vivre. Mais sachez que vos pasteurs, chaque jour, nous célébrerons en privé et présenterons au Seigneur vos intentions, chacun de vos visages seront présents à chaque messe, oraison, Liturgie des Heures. Nous ne nous verrons pas physiquement, mais soyons unis par la communion spirituelle, en nous portant dans la prière, en faisant de nos maisons, de nos familles des « Eglise Domestique » où Dieu est présent, célébré, prié et loué. Nous pourrons nous appuyer sur les grâces vécues pendant la première expérience du confinement de mars-avril.

La vie paroissiale ne va pas s’arrêter ! Il faut continuer à vivre, annoncer, célébrer, servir, autrement, modestement, symboliquement… mais réellement. Nos réunions seront en Visio, dans la mesure du possible. Gardons le lien, prenons soin des isolés et des plus fragiles parmi nous, avec les moyens matériels, physique et techniques à notre disposition. La Mission Gabriel peut nous y aider.

Jusqu’au déconfinement, chaque dimanche à 11h15, de l’église de Tournefeuille, nous pourrons nous unir par une messe retransmise sur Youtube. Vous recevrez le lien chaque jour, en donnant votre mail à l’une de ces adresses : mgmpv.lepertel@wanadoo.fr, ou eptournefeuille31@gmail.com  ou en contactant l’un ou l’autre des prêtres de l’ensemble paroissial.

Je recommande à la prière de toute notre communautés paroissiale les enfants et les jeunes qui s’apprêtaient à vivre leur première communion, profession de foi et confirmation dans nos 5 paroisses en ce mois de novembre. Ce nouveau report est très douloureux. Sachez que le Christ vous aime et Il vous porte dans son cœur. Profitons de ce confinement pour développer et enraciner nos vies en Lui.

Bon courage à chacun à chacune ! Que le Seigneur, par l’intercession de tous les Saints qui nous entourent, nous donne de garder allumée la flamme de la Foi, l’Espérance et la Charité en nous, autour de nous et au sein de notre communauté paroissiale, et tout la société confinée, mais vivante, croyante, fraternelle et pleine de confiance.

Plus de Santé, et plus encore de sainteté en ce novembre confiné !2020-10-30T18:52:52+01:00

Prière en communion avec les Catholiques de Nice et de toute la France !

Prière en communion avec les Catholiques de Nice et de toute la France !

Ce jeudi 29 octobre dans la matinée, à l’église Notre-Dame de Nice, trois catholiques ont été assassinés par un terroriste Islamiste. Nous pleurons ces victimes assassinées et les confions à Notre Seigneur, qui a vaincu le Mal et la Mort par sa Résurrection.  Cet après- midi, à 15h00, nous avons sonné le glas dans toutes nos églises (partout en France), en pour manifester notre deuil, en nous tournant en toute confiance au Seigneur, Source et Maître de la Vie. Voici la prière envoyée à cet effet par la Conférence des Evêques de France.

Seigneur,

Nous te confions notre pays alors qu’il vient de connaitre un nouvel événement dramatique à travers l’assassinat de plusieurs personnes dans la basilique Notre Dame de Nice. 

Ton Fils, sur la Croix, a crié le désespoir de notre humanité. Entends notre cri. Il nous entraine aussi dans sa résurrection. Qu’il nous enracine dans une authentique espérance. 

Nous te prions pour les défunts et leur famille. Nous te confions leur douleur. 

Nous te prions pour la communauté chrétienne et tous les habitants de la ville de Nice. Donne tout particulièrement aux catholiques d’être confortés et renouvelés dans leur témoignage évangélique.

A la veille de la Toussaint, que l’Esprit Saint fasse plus que jamais de nous des artisans de paix, dans la justice et la vérité. 

Par l’intercession de Notre Dame, nous te prions : Je vous salue Marie, pleine de grâce…

P. Hugues de WOILLEMONT, Secrétaire Général de la Conférence des Evêques de France.

 

Prière en communion avec les Catholiques de Nice et de toute la France !2020-10-29T18:46:23+01:00
Aller en haut